Un oiseau sur la branche Une vision haut perchee de l'actualite

15Oct/20Off

Qui va assumer le coûts de la pandémie

J'ai un peu raffermi le titre de Richard Murphy, mais il est clair qu'il pense que l'économie ira en chute libre si les individus doivent supporter trop les coûts de la probable pandémie de coronavirus. Il a déjà évoqué l'évidence, qu'une baisse de taux n'a jamais arrêté un virus. Plus généralement, il est important maintenant de commencer à déterminer comment répartir les pertes. Les lecteurs reconnaissent que les banques se sont enfuis avec le plus grand pillage du trésor public de l'histoire en 2008 et 2009. Nous ne pouvons pas nous permettre socialement de laisser une chose pareille se reproduire. Et aux cibles de Murphy, aux banques et aux propriétaires, les Américains doivent ajouter l'industrie des soins de santé, en particulier les chaînes hospitalières à but non lucratif avec des cadres généreusement payés et Big Pharma. Mais le secteur des soins de santé dans son ensemble est assez fortement endetté. Attendez-vous donc à ce qu'ils bêlent au sujet d'un éventuel échec à détourner l'attention de la nécessité de réduire les niveaux de rémunération et de dotation. Par Richard Murphy, comptable agréé et économiste politique. Il a été décrit par le journal The Guardian comme un militant anti-pauvreté et un expert fiscal ». Il est professeur de pratique en économie politique internationale à la City University de Londres et directeur de Tax Research UK. Il est administrateur non exécutif de Cambridge Econometrics. Il est membre du Progressive Economy Forum. Publié à l'origine chez Tax Research UK Nous aurons une crise économique en 2020 à cause du coronavirus. Cela ne fait aucun doute maintenant; la probabilité que cette épidémie puisse désormais être contenue semble en effet très faible. Les preuves en provenance de Chine montrent que l'impact sur la productivité et l'économie dans son ensemble est énorme. La survie de l'impact de cette épidémie sans conséquences économiques majeures dépend en grande partie de l'efficacité de la planification que le gouvernement entreprend maintenant. Ce qui est évident, c'est qu'à l'heure actuelle, certains signes indiquent que cette planification est en cours. Nous pouvons l'espérer dans le prochain budget, mais les signes ne sont, jusqu'à présent, pas bons. La question clé sur laquelle le gouvernement doit se prononcer est de savoir qui supportera les conséquences économiques de ce qui va se passer. J'ai déjà indiqué dans mon premier article sur cette question que je pense que les conséquences de cette épidémie incomberont à trois groupes clairement identifiables, à savoir les particuliers, les entreprises et le gouvernement. Cependant, lors de l'évaluation de qui supportera le coût, les critères sont légèrement différents. Il est inacceptable que des individus supportent le coût de cette crise. Il y a tout simplement trop peu de résilience économique au sein de la population dans son ensemble pour que ce soit le cas. Beaucoup trop de gens ont trop peu d'épargne pour survivre à de grandes périodes d'inactivité économique sans préjudice massif à leur bien-être à court et à long terme. De plus, il est inacceptable que de nombreuses entreprises échouent sans faute de leur part, mais c'est ce qui se produira à moins que le gouvernement n'intervienne pour empêcher le ralentissement économique majeur qui pourrait se produire cette année. Les problèmes de flux de trésorerie paralyseront de nombreuses entreprises. Dans ce cas, il semblerait que les conséquences de ce qui pourrait arriver incomberont en premier lieu au gouvernement. Comme je l'ai expliqué dans mon post précédent, le gouvernement peut se permettre de supporter un coût substantiel de cette épidémie précisément parce que lui seul dans l'économie peut souffrir d'une crise de trésorerie sans risque. En effet, le gouvernement d'un pays comme le Royaume-Uni qui a sa propre banque centrale et sa propre monnaie a toujours les moyens de créer autant de liquidités que son économie a besoin. C'est, si jamais il y avait un temps pour le faire, le moment d'apprécier ce fait et d'utiliser cette capacité. Mais cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de coûts pour une épidémie: il y en a clairement. Dans ce cas, la question doit être posée de savoir qui doit supporter ce coût. Il y a trois groupes qui devraient. Premièrement, les propriétaires devraient. J'ai déjà suggéré qu'en cas de propagation de l'épidémie, de droit, tout locataire devrait bénéficier d'une période minimale de loyer de trois mois pour soulager son stress pendant la durée de la crise. Je proposerais que l'octroi de cette prolongation soit automatique à toute personne qui ne paie pas le loyer à la date requise pendant la période de l'épidémie. Cette prolongation devrait leur être automatiquement accordée par le propriétaire sans avoir à présenter de nouvelle demande ni à remplir de documents supplémentaires. Je souligne que le coût de cette opération incombera directement aux propriétaires en question. Je suggère tout à fait délibérément qu'ils devraient porter le plus lourd fardeau de la lutte contre l'épidémie. La raison est simple et c'est que quoi qu'il arrive, ils auront toujours un actif à la fin de cette période, et aucun autre secteur ne peut le garantir à l'heure actuelle. En conséquence, ils ont la plus grande capacité à supporter ce coût. Et, s'il arrive que certains propriétaires échouent en conséquence, les actifs qu'ils détiennent continueront d'exister après cet échec et l'économie pourra ainsi en gérer les conséquences. Deuxièmement, je suggère que les coûts de cette crise pèsent sur le secteur financier. En effet, comme je l'ai également noté dans mon article précédent, je pense que toute personne qui a une hypothèque ou un prêt (y compris un bail) qu'elle ne peut pas se permettre de rembourser au cours de la période épidémique devrait se voir accorder un délai automatique de trois mois prolongation de leur période de prêt, période qui pourrait être à nouveau prolongée si l'épidémie dure plus longtemps que prévu. Une fois de plus, je suggère qu'il ne devrait pas être nécessaire de postuler pour cette extension: une simple valeur par défaut devrait suffire à la déclencher. Je ne suggère pas dans ce cas que les intérêts dus ne soient pas dus cependant: ils pourraient être réglés à la fin du prêt. Ce que je dis, c'est que les flux de trésorerie doivent être assouplis. Ce que ces deux recommandations directes suggèrent, c'est que ce sont ceux qui ont de la richesse, et non ceux qui ont de faibles revenus ou des flux de trésorerie limités qui devraient porter le fardeau de cette crise. Cela correspond à toute définition de la justice que je connaisse. Mais dans les deux cas, je suis également réaliste: la valeur des actifs financiers des banques et des autres prêteurs est préservée par cette recommandation lorsque, si les exonérations de prêt n'étaient pas en place, il est probable qu'elles subiraient un préjudice, tandis que la valeur des actifs fonciers est pas diminué du tout en raison de l'imposition d'une période de gratuité pour une raison extérieure. Pour être franc, étant donné le risque que les secteurs financier et locatif soient confrontés à la suite d'une épidémie, les dérogations automatiques proposées les placent dans une meilleure position qu'elles ne le seraient sans elles. Et qu'en est-il du gouvernement, qui est le troisième à subir une perte? Son risque peut être couvert par un assouplissement quantitatif des coronavirus. Un plan de ce type est nécessaire de toute urgence, et maintenant. Fortement endetté - excellent moyen de nationaliser la propriété intellectuelle tout en incitant les investisseurs à emporter la canette. Les pandémies donneraient une raison parfaite de le faire. D'une manière ou d'une autre, je ne vois pas cela se produire sous Joe ou Donald, plus comme si vous disiez que le développement d'antiviraux coûte cher? Voici quelques mégabucks… » Le développement de médicaments par Pharma est coûteux. Oui, ça l'est. Alors pourquoi ne pas le financer publiquement et conserver l'IP? Combien la société souffrirait-elle vraiment si l'État pelletait la majeure partie de l'argent qui va à la pharmacie dans des laboratoires de recherche unis / publics pour le développement d'importants médicaments (c'est-à-dire salvateurs, principaux médicaments ayant un impact sur la qualité de vie), et laissant le système privé avec la fabrication de génériques basés sur l'uni IP + tout type de style de vie »(c.-à-d. le botox et les produits similaires doivent avoir parce que la mode») Le privé va là où le profit est. Il n'y a aucun profit (pour l'industrie pharmaceutique) dans le traitement à faible coût des maladies courantes. Il y a d'énormes bénéfices pour la société (monétaires et non monétaires). Premièrement, le développement de médicaments pour les pièces et la recherche primaire sur les médicaments les plus exigeants en main-d'œuvre sont financés par les fonds publics, nous avons juste des accords en place qui suppriment le contrôle des prix. Deuxièmement, avec les puces à ADN, la bioinformatique, la puissance de calcul accrue et un accès plus facile aux modèles vivants, le développement de médicaments dans le grand secteur pharmaceutique de la maison n'a jamais été moins cher. Troisièmement, la plupart des sociétés pharmaceutiques sont de nos jours des fonds spéculatifs ou des sociétés de fusions et acquisitions avec un laboratoire pharmaceutique semi-rentable. À peu près la même chose que GM était une banque de prêts automobiles avec une branche de production non rentable. Depuis de nombreuses années, l'industrie investit régulièrement plus de fonds pour le rachat d'actions et la manipulation d'actions que la recherche. Les entreprises utilisent également toutes sortes d'astuces financières pour masquer le véritable coût de ce qu'elles font. Je ne fais pas confiance aux déclarations de l'industrie sur les coûts ou leur besoin d'un soutien public supplémentaire. S'ils sont mal gérés et ont besoin de beaucoup d'aide, nationalisez-les et envoyez la C-suite pour retourner les hamburgers. Ils m'ont dit que sans eux, je mourrais de faim! Hier, la Fed a abaissé d'un point les taux d'intérêt, hors droits nationaux, je suppose. Est-ce à dire que le taux d'intérêt de ma carte de crédit vient de baisser d'un point? Ai-je raison de penser qu'ils me facturent 29% par mois, sur l'argent qu'ils empruntent à 1% environ, n'est-ce pas de l'usure, ou simplement du vol pur et simple? J'ai lu cela comme une excuse, un motif et une justification pour défaut de paiement sur les paiements par carte de crédit, en tout ou en partie, et très certainement pour tout paiement médical lié au coronavirus effectué sur eux. Les personnes en congé réduiront leurs revenus, elles manqueront leurs paiements, leur cote de crédit chutera et leurs taux d'intérêt augmenteront. Hier, j'ai fait réviser ma vieille voiture de 5 ans chez le concessionnaire et une personne a demandé à tout le monde de faire réviser sa voiture s'ils voulaient une évaluation de leur voiture pour un commerce. Je soupçonne que des choses comme les ventes de voitures vont baisser comme une pierre au cours des 6 prochains mois, comme en 2008. Dans ce cas, ils peuvent également avoir un problème avec les modèles les plus populaires en raison du manque de pièces, donc il y aurait à la fois un choc de l'offre et de la demande. Les ventes de maisons se portent bien en ce moment, mais les faibles taux hypothécaires ne font rien si vous ne travaillez pas ou accumulez de grosses factures médicales en plus des prêts étudiants. Pendant ce temps, le 1% se plaindra simplement que le marché boursier est irrationnel. Mais ils seront encombrés et n'assisteront à rien car ils découvriront que beaucoup d'entre eux sont dans la tranche d'âge avec le taux de mortalité élevé. Cela pourrait être une saison électorale très intéressante, car les politiciens plus âgés choisissent de faire campagne ou de rester en vie. Cela ne relancerait-il pas l'économie? Répondre ↓ Tony Wright Oui à tous vos points. Ma plus grande question rhétorique est la suivante: Le gouvernement devrait-il surtout se préoccuper de protéger la santé du marché (idéologie néolibérale) ou de protéger la santé de ses citoyens (idéologie saine)? Dans ce cas, l'idéologie néolibérale s'est totalement discréditée. Répondre ↓ Ian Ollmann Pas de soupe pour toi!! Cela retournera en cascade aux banques. Ils détiennent les billes, je ne peux pas imaginer qu'ils veulent être propriétaires. Alors, mettent-ils la propriété de saisie non performante dans leurs livres et vendent-ils sur le marché des inondations, ou font-ils une séance d'entraînement, laissent tout le monde rester. Ce n'est pas un film ou une époque de Jimmy Stewart / Capra… OU, les gens qui ont le plan de sauvetage / banque de réserve fractionnaire / marché boursier post-2008 et d'autres richesses générées par les investissements vont-ils engranger encore PLUS d'actifs? Je parie sur ce dernier. Plus d'agrégation de richesse, plus de gens dans la rue. Biden et Trump soutiendront les copains et ce scénario. Assurément, Warren et Bernie ne le feront pas. Le Covid-19 n'aurait pas pu arriver à un meilleur moment pour peut-être nous sortir de notre stupeur de Dancing with the Master Chefs. Ironie suprême que le «souhait» chinois à double tranchant de vivre à une époque intéressante »provenait du fabricant de notre époque, la Chine. Répondre ↓ John Zelnicker ——- Ainsi, comme les locataires et les propriétaires, vous devriez également obtenir un report de paiement de trois mois (ou plus). Je ne comprends pas pourquoi Murphy n'a pas inclus de petits propriétaires comme vous. J'ai l'impression qu'il pensait à Blackstone et aux autres haies qui possèdent tant de biens locatifs. Ils n'ont sûrement pas besoin d'aide. D'accord. Yves, les propriétaires peuvent-ils sauter leur paiement semestriel d'impôt foncier à Local Gov? Crook County ILL n'aimera pas. Pensez aux pensions du gouvernement pour l'amour de Dieu! Ouais. Si les riches devaient payer le logement de tout le monde avant d'en obtenir, il n'y aurait pas de sans-abri. Si les riches devaient payer les soins de santé de tous, nous aurions des soins de santé bon marché et efficaces. Et nous mangerions aussi mieux. Si les riches devaient payer pour les nécessités de chacun, ils seraient livrés efficacement et avec un minimum de frais généraux. Au lieu de cela, nous les payons, et plus les riches nous fournissent ces nécessités de manière inefficace et inutile, plus leurs bénéfices sont importants. Et plus leur richesse accumulée est grande. Quoi qu'il en soit, ce que j'attends, c'est quand ce paradis capitaliste »que nous avons tous travaillé si dur va apparaître. Pas s'ils ne paient pas la banque. Répondre ↓ Ian Ollmann Il est toujours facile d'être généreux avec l'argent des autres. Ce poste est très inégal, car il y a un grand bond en avant pour suggérer que les gouvernements supportent le fardeau (ceux qui ont des devises souveraines peuvent imprimer autant qu'ils ont besoin pour régler le problème) pour proposer que les propriétaires fournissent en quelque sorte un soulagement aux locataires. Où commencer? D'abord, qui sont ces propriétaires? Il peut s'agir de grandes entreprises (par exemple, des FPI), mais nombre d'entre elles sont de petites exploitations familiales. On suppose que tous les propriétaires sont riches. Mais ce n'est pas vrai. Je connais plusieurs retraités dont le seul revenu provient de propriétés locatives et ils vivent assez frugalement.

Remplis sous: Non classé Commentaires
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour le moment

Aucun trackbacks pour l'instant